Bannière de Rhythm Star, merci à elle !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
« Mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. »

Partagez | 
 

 Indécelable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Indécelable   Sam 30 Aoû - 10:31

(Coucou les gens, voici une petite histoire que je vais vous faire partager. Merci à Fid' pour le titre (': Je vous mets le prologue, puis le chapitre un plus tard.)

Prologue


    Les orages éclatent, la foudre zèbre le ciel sombre. La pluie tombe à flot, n'importe qui serait à l'abri avec ce temps. Mais pas lui. Un jeune homme court rapidement, zigzagant entre les arbres de la forêt. Un lieu des plus dangereux en un temps orageux. Il s'en doute, mais ce qui lui importe plus que tout est sa survie. Un éclair tombe sur un arbre, et il trébuche. Pétrifié de peur, il rampe tant qu'il peut dans la boue, en en avalant presque. Il regarde derrière lui, des larmes coulant le long de ses joues sales. Le jeune homme arrive à se relever avec difficulté. Ses mains, son visage, ses jambes.. Tout est maculé d'eau boueuse. Il se remet à courir, guettant quelque chose derrière lui. Ou quelqu'un. Il n'ose pas crier, pour lui, ce serait comme mourir dans la minute qui suit. Il donnerait tout pour revenir en arrière, à peine quelques heures plus tôt s'il le fallait. Mais, à présent, il ne peut plus faire marche arrière. C'est trop tard. Malgré tout, ce jeune homme ne s'arrête pas une seconde de courir, qu'il soit essoufflé, à bout de force ou presque mort. Il ne peut s'arrêter, sinon perdre sa vie. Mais il ralentit, parce qu'il est conscient qu'il ne peut pas continuer indéfiniment comme ça. Ses chaussures collent au sol, et il remarque le ciel se casser en deux par un éclair. Une odeur lui parvient jusqu'aux narines, et il ouvre aussitôt grands les yeux. Le brûler. Il tourne la tête derrière lui, et observe la fumée virevoltant entre les arbres. Puis les flammes. Il se remet à courir le plus vite possible, espérant ne pas devenir brûlé vif. Une parcelle d'espoir fait irruption dans sa tête. Peut-être qu'il l'a semé. Peut-être que son agresseur à péri dans la chaleur. Il a pensé trop vite, car à ce moment-là, quelque chose lui transperce l'épaule.

    Personnages :

    Liesel Handwood:
     

    Astrid Lancaster:
     


Dernière édition par Conspiration Insensée le Lun 22 Sep - 17:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amour d'une Louve
Fondatrice du forum
Grawr. ♥
avatar

Féminin Coups de plume : 109
Réputation : 1298
Tu as rejoint EG le : 26/08/2014
Des balais, tu en as : 18
T'es du niveau : Gamma
Ton écrivain préféré est : Stephen King, Victor Hugo, Alfred de Musset, Emile Zola
Ton p'tit puf, c'est : Paillou

MessageSujet: Re: Indécelable   Sam 30 Aoû - 11:07

Coucou, je viens te donner mon avis. :3

J'aime beaucoup ce prologue. C'est intéressant, et la façon dont tu l'as achevé nous donne envie de lire la suite. ** C'est bien écrit et ton texte est fluide, bravo. En une lecture, j'ai relevé une faute d'orthographe seulement. Cependant, quelques petits passages, je dirais, sont à revoir.

Celui-ci : "Tout est immaculé d'eau boueuse." Immaculé veut dire qu'il n'y a rien. La définition exacte est : "Qui est sans tache. Propre. Pur."
Dans la logique du vocabulaire et de la tournure de la phrase, j'aurai plus mis "Tout est maculé d'eau boueuse." Maculé est l'antonyme d'immaculé. Je trouve que cela est plus censé. ^^
Aussi, il y a ce bout de phrase : "et il remarque le ciel se casser en deux par un éclair." Je sais pas pourquoi, ça me gêne un peu. Uh Personnellement, j'aurai mis : "et il remarque le ciel se faire casser/fracasser en deux par un éclair." Je trouve que ça sonne plus convenablement. (a) Après, ce n'est franchement, je pense, qu'une simple question de point de vue.
Il y a encore un petit passage : "espérant ne pas devenir brûlé vif." Bien sur, cette phrase veut dire quelque chose et n'est absolument pas dénuée de sens, je suis tout à fait d'accord ! Cependant, je pense que "espérant ne pas être brûlé vif.", aurait été plus approprié. :3

Parlons maintenant de ta faute d'orthographe. C'est celle-ci : "Le brûler". Le mot "brûler", orthographié de la sorte, est le verbe. Et je pense que tu as voulu parler de l'odeur de brûlé. Dans ce cas, c'est "brûlé", et non "brûler". Par contre, quand c'est le verbe, on dit bien : "Je vais me brûler."

Voilààà, hâte de voir la suite. ♥️

-----------------♥-----------------
« Une rage inimaginable m'a complètement envahi. Je voulais qu'il meurt ; et le lendemain, il était mort. Einstein avait raison. L'imagination est plus importante que le savoir. C'était comme une chose sortie de la mythologie antiques. Comme les furies venues pour punir Oreste. Les furies sont les déesses de la vengeance. Leurs larmes étaient de sang et leurs cheveux, des serpents. Si un crime était impuni, les furies exécutaient la sentence. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecriture-du-guerrier.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Sam 30 Aoû - 11:17

Merci pour ton avis. °°
Pour "immaculé" je me fais toujours avoir. Merci, j'essaierai de ne plus faire cette faute. :3
Pour toutes les remarques en fait, j'ai douté un moment. x) Pour le "brûlé vif", il est encore loin des flammes, c'est pour ça que j'ai mis "devenir". C:

Merci pour ta critique. :`)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Sam 30 Aoû - 11:42

Ouh j'adore j'adore **
Revenir en haut Aller en bas
Amour d'une Louve
Fondatrice du forum
Grawr. ♥
avatar

Féminin Coups de plume : 109
Réputation : 1298
Tu as rejoint EG le : 26/08/2014
Des balais, tu en as : 18
T'es du niveau : Gamma
Ton écrivain préféré est : Stephen King, Victor Hugo, Alfred de Musset, Emile Zola
Ton p'tit puf, c'est : Paillou

MessageSujet: Re: Indécelable   Sam 30 Aoû - 23:02

Conspiration Insensée a écrit:
Merci pour ton avis. °°
Pour "immaculé" je me fais toujours avoir. Merci, j'essaierai de ne plus faire cette faute. :3
Pour toutes les remarques en fait, j'ai douté un moment. x) Pour le "brûlé vif", il est encore loin des flammes, c'est pour ça que j'ai mis "devenir". C:

Merci pour ta critique. :`)

Ah, d'accord. :3

Miellette, s'il te plait, évite de poster en dehors des présentations. x)

-----------------♥-----------------
« Une rage inimaginable m'a complètement envahi. Je voulais qu'il meurt ; et le lendemain, il était mort. Einstein avait raison. L'imagination est plus importante que le savoir. C'était comme une chose sortie de la mythologie antiques. Comme les furies venues pour punir Oreste. Les furies sont les déesses de la vengeance. Leurs larmes étaient de sang et leurs cheveux, des serpents. Si un crime était impuni, les furies exécutaient la sentence. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecriture-du-guerrier.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Dim 14 Sep - 12:15

Chapitre 1
Là où tout commence.

    Quand je parle à mes amis, ils me disent que j'ai de la chance de ne pas avoir de famille. Je ne suis pas d'accord. Être aimé, et aimé quelqu'un en retour est une chose que je voudrais plus que tout au monde. Si je pouvais l'avoir pour Noël ou mon anniversaire, je l'aurais commandé sans attendre. Mais malheureusement, ce n'est pas le cas. Alors je vis la vie que je dois vivre, sans m'occuper des autres. Sans envier les autres.
    Je monte dans une voiture minuscule, pour rejoindre ma nouvelle famille.
    La route est longue, et je reste donc quelques heures à regarder le paysage défiler devant mes yeux. Sans m'arrêter, sans dormir, sans parler. J'espère juste que je ne tomberais pas sur des dingues qui dorment vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
    Quand la voiture s'arrête, je redresse la tête. Je suis arrivée. Je vais rencontrer ma nouvelle famille, que je ne considérerais, bien sûr, jamais pour la mienne. Ma portière s'ouvre, et je sors sous la brise. Mes cheveux volent au vent, et je peux voir, à plusieurs centaines de mètres, l'océan. Où est-ce que je suis tombée ? Je tourne la tête. Devant un immense terrain se dresse une maison gigantesque. Elle est recouverte d'une peinture blanche toute neuve, je peux encore sentir son odeur.
    Le taxi repart, me laissant seule face à la maison, face à ces gens que je ne connais pas. Je m'avance lentement, ma valise à la main, comme si un danger pouvait s'attaquer à moi. Le jardin est gigantesque. Plusieurs sortes d'arbres sont plantés ici et là, l'herbe est tellement verte qu'elle me fait mal aux yeux, et il n'y a pas un seul trou. Un escalier m'emmène à la porte d'entrée, où un pot de fleurs est posé sur la gauche et la droite. Je reste plusieurs secondes devant la porte en bois -qui doit être sans-doute très précieux- pour réfléchir à ce qui m'attend. Qui va m'ouvrir la porte ? Que va-t-il se passer ? Je secoue la tête, et me contente de toquer.
    Quelqu'un m'ouvre, et à peine eus-je le temps de regarder qui était cette personne qu'elle me saute dans les bras et me sert de toutes ses forces. Elle fait exactement la même taille que moi, et de longs cheveux blonds recouvrent mon visage. Non, nuance : je les avale. Cette personne se détache de moi, et je peux admirer ses magnifiques yeux bleus. Elle doit avoir à peu près mon âge.

    « Salut Liesel ! Je suis Astrid ! » annonce-t-elle en me tendant la main.

    Je sers celle-ci avec un sourire timide.

    « Viens ! »

    Astrid tire ma main et m'emmène violemment à l'intérieur de la maison. Je garde la bouche ouverte, tellement mes yeux sont émerveillé sous la beauté de la demeure. Un gigantesque escalier se dresse devant l'entrée, qui mène à l'étage. Les murs, en bois, sont couverts de tableaux. Un immense tapis vert couvre le sol. A droite, une salle qui est sûrement la cuisine, en déduire par l'odeur délicieuse qui s'y dégage. A gauche se trouve un grand salon. Astrid m'y mène, me tenant toujours par la main. J'ai laissé ma valise dehors, mais tant pis, je la reprendrais plus tard.
    Le salon est envahit d'une odeur enivrante. Plusieurs canapé en soie verte se dressent devant une télévision, au fond de la salle. Juste avant se trouve une table toute en longueur, qui peut accueillir plus de dix personnes. Des couverts sont déjà mis. Plusieurs plantes çà et là, et toujours ces magnifiques tableaux qui recouvrent les murs. A gauche, juste après la table à manger et avant le coin salon, une immense baie vitrée nous montre une vue du jardin.
    Je reste bouche-bée, ne disant pas un mot. Je n'ai jamais vu une maison aussi magnifique, et grande.

    « Astrid, est-ce qu'elle est muette ? » demande une voix dans mon dos.

    Je me retourne. Une grande femme se dresse devant moi. Les cheveux blonds enroulés dans un chignon soigneux, une élégante robe bleue, des yeux verts émeraudes, la dame qui me fait face est d'une extrême beauté. Je tourne la tête vers Astrid. Telle mère, telle fille. Leurs vêtements doivent coûter bien plus cher que tous mes habits dans ma valise. Je me sens sale, avec mon T-Shirt noir trop court, mon pantalon kaki et mes sandales à bas-prix. Je ne sais pas ce que je fais ici. Je ne devrais pas être ici.

    « Oh non maman ! Je pense juste qu'elle doit être timide et assez perturbée par l'accueil que je lui ai fait... répond Astrid.
    -Je suis Rebecca.
    -Liesel.
    » dis-je en lui serrant la main.

    Un homme arrive derrière Rebecca. Je suppose que c'est son mari, et donc le père d'Astrid. Pourtant, il n'est pas vêtu de la même manière que sa femme et sa fille. Il porte une combinaison beige, un sécateur dans une main et un arrosoir dans l'autre.

    « Tiens, Francis, vous tombez bien ! Voici Liesel, la petite que nous avons adopté.
    -J'ai seize ans.
    » je rétorque.

    Je ne suis pas le genre de fille qui laisse les autres raconter n'importe quoi à mon sujet. Si je fais croire que je suis une adolescente faible et fragile, on me demandera sans-doute d'être le larbin de service.

    « Oui... Quoiqu'il en soit, Liesel, je te présente Francis, c'est le jardinier de la maison. »

    Je me mords la lèvre. Moi qui avait cru que c'était son mari ! Je comprends mieux la combinaison.

    « Astrid, va montrer la chambre de Liesel et fait lui la visite de la maison, s'il te plaît. » annonce Rebecca avec un sourire à sa fille.

    Astrid me fait signe de la suivre. Je vais d'abord chercher ma valise sur le seuil de la maison, puis je suis la jeune fille. Elle sautille, les mains croisées dans son dos. Sa robe blanche lui donne un air de petite fille, même si je me doute qu'elle doit avoir le même âge que moi. Ses cheveux virevoltent dans son dos, et je me surprends à regarder les miens pour savoir les différences. La couleur. Ils sont bruns alors que ceux de ma nouvelle sœur sont très clairs. Je possède une frange sur le front un peu décoiffée. J'aime bien ce côté-là de ma personnalité.
    Astrid et moi montons les escaliers. Quand nous sommes arrivés à l'étage, je la suis à droite, toujours époustouflée par la magnificence de ces nombreux tableaux accrochés au mur. Nous entrons dans un petit hall. Les murs sont d'une blancheur impeccable, et je peux remarque en tout trois portes. Astrid va ouvrir celle en face de moi, et m'annonce que c'est ma chambre. Celle à gauche se trouve être la sienne, et la porte à droite est la salle de bain.

    « Je te laisse ranger tes affaires. L'endroit de l'autre côté de l'escalier est la chambre de ma mère avec sa salle de bain personnelle. Il y a aussi une chambre pour ami. Si tu as besoin de quelque chose, n'hésite pas. » dit-elle en souriant.

    Je souris à mon tour, et rentre dans ce qui est maintenant ma chambre. Elle est immense, beaucoup plus grande que celles dont j'ai été confronté jusqu'ici. Les murs sont jaunes pâles, au fond se trouve un lit aux couleurs claires. Chaque détail n'a pas été laissé au hasard. Les rideaux sont beiges, le sol pareillement. Je ne trouve pas un défaut. Quand j'ouvre mon armoire, je m'attends à la trouver vide, mais des vêtements sont rangés correctement. Je ne sais pas du tout combien il y en a, mais c'est impossible de les compter. Je laisse tomber ma valise, et la seule question qui se pose dans ma tête est : comment vais-je m'en sortir ?
    Je m'attendais à tomber dans une famille dingue, désordonnée, pauvre, méchante, et même atroce, mais en aucuns cas dans une famille riche.
    Comment vais-je m'en sortir ?
    Je vais sûrement devoir changer toutes mes habitudes, paraître conforme aux règles, être droite quand je suis à table, vouvoyer toutes les personnes que je croise, boire avec le petit doigt levé ou je -ne-sais-quoi... Quelle horreur.
    Je me contente d'oublier ce qui me travaille et d'ouvrir la fenêtre, puis je pose ma valise et défait la fermeture éclair. Je pose plusieurs babioles sur une commode, mes quelques livres préférés sur une étagère. J'adore lire, mais je n'ai jamais eu les moyens d'acheter des bouquins. Les seuls que je possède m'ont été offerts ou donnés. Quand ils sont tous rangés côte-à-côte, je m'affale en travers de mon lit. La couverture est soyeuse, et j'imagine déjà les draps en soie qui sont parfaitement pliés sous celle-ci. Je ferme les yeux. L'odeur qui se dégage de la pièce semble redonner une seconde vie à mes poumons. Je n'entends rien à part les oiseaux chanter à l'extérieur, dans cet immense jardin où je suis sûre que chaque matin, j'adorerais m'y promener et y découvrir des choses que je n'ai jamais vu auparavant : des fleurs de différentes variétés, des arbres que l'on trouve dans le monde entier.
    J'ouvre les yeux. Quelque part dehors, mes anciens amis m'envient sûrement d'avoir trouvé une famille chez qui habiter. Et je crois qu'ils ont raison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Dim 14 Sep - 16:18

C'est génial. ** J'attends la suite avec impatience. c:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Lun 15 Sep - 19:50

J'aime beaucoup Nirva. :3 Hâte de voir la suite. (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Mar 16 Sep - 19:48

Merci beaucoup :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Mar 16 Sep - 22:16

C'est vraiment génial ce que tu fais **
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Sam 20 Sep - 9:08

Merci. :3
Je vais éditer le premier post et mettre la présentation des personnages. c:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Indécelable   Lun 22 Sep - 17:48

MAJ 22/09/2014.

Je rajouterai des informations sur les personnages et les autres personnages au fil de l'histoire. Le chapitre 2 est fini, je le posterai dans la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Amour d'une Louve
Fondatrice du forum
Grawr. ♥
avatar

Féminin Coups de plume : 109
Réputation : 1298
Tu as rejoint EG le : 26/08/2014
Des balais, tu en as : 18
T'es du niveau : Gamma
Ton écrivain préféré est : Stephen King, Victor Hugo, Alfred de Musset, Emile Zola
Ton p'tit puf, c'est : Paillou

MessageSujet: Re: Indécelable   Dim 12 Oct - 18:33

Ageuh que j'aimeuh. ** Tu écris vraiment bien ! Suite ?

-----------------♥-----------------
« Une rage inimaginable m'a complètement envahi. Je voulais qu'il meurt ; et le lendemain, il était mort. Einstein avait raison. L'imagination est plus importante que le savoir. C'était comme une chose sortie de la mythologie antiques. Comme les furies venues pour punir Oreste. Les furies sont les déesses de la vengeance. Leurs larmes étaient de sang et leurs cheveux, des serpents. Si un crime était impuni, les furies exécutaient la sentence. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecriture-du-guerrier.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Indécelable   

Revenir en haut Aller en bas
 
Indécelable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prix Clara -Pour ceux qui aiment écrire...
» Une greffe de moelle rend le VIH indétectable chez un patient......
» Agatha Christie - Tome 14: Témoin indésirable [Chandre]
» Ouverture de fenêtres internet publicitaires indésirables !!
» Venet, "Doubles lignes indéterminées", 1988, acier, La Défense

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ecriture du Guerrier :: Autres :: Archives-
Sauter vers: